Gérard VIGNAUX
Psychanalyste à Paris

info psychanalyse
 Retour vers la page d'accueil

 

 

Psychanalyste à Paris

Education religieuse et problemes sexuels

Question posée  sur le forum

Agée de 23 ans, après avoir connu  plusieurs liaisons avec des garçons pour lesquels j'avais beaucoup d'estime et de sympathie, j'ai le sentiment d'avoir une vie sexuelle perturbée. La plupart du temps, je me retrouve pétrifiée en situation intime et ressentant ensuite une culpabilité dont je n'arrive pas à me débarrasser. Pensez- vous que mon éducation réalisée en école privée catholique et relayée par ma mère qui était très pratiquante de cette religion puisse être responsable de mes difficultés ? La psychanalyse peut-elle m'aider à trouver une solution à mon problème?  Après tout ce que j'ai vécu, je suis un peu méfiante vis-à-vis de tout conditionnement, le psychanalyste peut-il être vraiment neutre ?


Réponse

Le psychanalyste est confronté au quotidien à des patients qui présentent des conflits intérieurs et donc des souffrances diverses provenant de leur éducation. L'éducation catholique, mais aussi les autres religions monothéistes, tentent de réprimer, refouler le désir sexuel. De nombreux praticiens vont jusqu'à utiliser l'expression "névrose chrétienne". On observe ainsi des pathologies proches de celles que vous exprimez dans votre question. Ce type d'éducation est pathogène.

L'éducation qui mobilise l'attention d'un psy est moins l'enseignement des établissements scolaires (quoiqu'il ait son intérêt) mais plutôt ce qui se passe entre maman et papa, au plus intime de la vie familiale, dès l'âge le plus précoce, avant même l'inscription dans une école. Dans votre cas, vous dites bien que votre mère relayait les idées éducatives de cette école, verrouillant ce processus de conditionnement, ce que nous observons fréquemment chez les familles pratiquant une religion.

Depuis le début de ses recherches et de sa pratique, FREUD a dénoncé la responsabilité des religions dans certaines pathologies individuelles mais aussi dans les pathologies de la société.  « La religion serait la névrose de contrainte universelle de l’humanité » (Sigmund Freud / L'avenir d'une illusion).
Freud s'est opposé à la religion puisqu'elle a pour base le renoncement de la pulsion sexuelle, qui implique par là même un désinvestissement de la génitalité.
Au-delà de la répression des religions sur la sexualité, que tous les analystes connaissent fort bien, il s'est également exprimé sur l’activité stéréotypée, le rite, parce qu'ainsi tout le monde agit de la même façon. Donc, tout à fait à l’opposé des ambitions, de la fantasmagorie de l’individualisme démocratique. Il a construit une analogie entre, d’une part, ce que lui apportait sa pratique, le cérémonial du névrosé obsessionnel, comme il le dit, ses petites pratiques, ses petites restrictions, ses petits règlements, et puis le cérémonial religieux -  article de 1907, qui s’intitule « Actions compulsionnelles et exercices religieux »

Comprenez donc combien les psychanalystes connaissent les influences néfastes de certaines éducations et qu'une analyse pourra vous amener à déterminer vous-même vos propres règles de vie. L'analyste, dans sa position complètement neutre, vous aidera dans ce cheminement, tout en sachant que l'épanouissement de votre vie sexuelle et amoureuse est déterminante dans la réussite de votre vie adulte.

Avec juste raison, vous posez la question de la neutralité de l'analyste. C'est une question essentielle et la place du Psychanalyste pendant la cure est celle de la neutralité bienveillante. Cela signifie que :

- l'analyste reste en retrait au sens propre comme au sens figuré, il  doit donc être vigilant à ne pas dévoiler sa vie amoureuse, ses préférences philosophiques, artistiques, politiques...
- l'analyste ne doit pas influencer son patient ni répondre à sa place sur les grandes questions de sa vie, le cadre de l'analyse doit permettre, favoriser l'émergence des vrais désirs du patient et lui apprendre à concilier ceux-ci avec la réalité.

Je vous conseille donc d'éviter sans hésitations les psychanalystes qui, par leur comportement, par leur suggestion, veulent vous faire entrer dans leur croyance ou dans leur secte, ces comportements sont à dénoncer.

Par contre, en dehors de la cure, le Psychanalyste, comme tout un chacun, a loisir de s'exprimer, d’écrire, de préciser sa position théorique, de parler sur les questions sociétales. Freud a montré l'exemple et s'est exprimé largement sur la religion. De culture juive, il était athée, il est même devenu l'un des athées les plus connus de son époque.
Certains Psychanalystes sont connus pour leur croyance religieuse, ils ont donc écrit sur ce sujet, ce qui n'est pas tabou et permet au patient de faire un choix personnel.
En ce qui me concerne, je favorise et suscite la libre association  et la "libre pensée" me semble une qualité permettant le plus naturellement l'empathie et la tolérance.

Gérard VIGNAUX   (février 2008)
Psychothérapeute Psychanalyste

 

Vous pouvez me contacter au : 06 64 92 01 96

 Retour vers la page d'accueil